System Failure

16_02_06

François Ronsiaux, IP United Land, 2012.

Il y a actuellement au Cube d’Issy-les-Moulineaux une exposition qui met en lumière les échecs de nos systèmes à l’ère globale. Son titre, “System Failure”, fait clairement référence aux disfonctionnements des machines alors que les œuvres qui y sont présentées évoquent davantage les responsabilités qui sont les nôtres quant à l’humanité toute entière. Deux visions du monde, ou du désastre, c’est selon, cohabitent ainsi dans le travail de François Ronsiaux. Il y a celle intitulée “United Land” qui nous confronte à des villes englouties. Et l’on comprend, en les reconnaissant, qu’il s’agit d’une œuvre d’anticipation alors que les distances qui les séparent nous indiquent l’aspect planétaire de l’inondation dont il est question. Or il n’est pas un fragment dans ces images nous alertant quant aux possibles conséquences d’un réchauffement climatique déjà initié qui n’ait été capturé par François Ronsiaux. Tout au plus, ces fragments se seraient hybridés les uns avec les autres dans sa machine. On mesure l’attachement que l’on porte aux sites emblématiques que François Ronsiaux a engloutis, sans même les avoir nécessairement explorés un jour, au fur et à mesure qu’ils s’offrent à nous, totalement désertés et tout particulièrement silencieux. Les caractères I et P du titre de son autre série “IP United Land” désignent la théorie de l’Inversion des Pôles que redoutent quelques scientifiques depuis que l’un d’entre eux, Bernard Brunhes, en a émis l’hypothèse dès 1905. Le niveau de l’eau, toujours selon l’artiste, se serait élevé au point de recouvrir toutes nos villes. Et il n’en resterait que les parties supérieures de quelques tours dont on reconnaît encore une fois les architectures pour les plus emblématiques d’entre elles. Le reste du monde, si l’on considère la “Survival Map” dressée en 2012 par l’artiste qui initiait ainsi simultanément les deux séries de photographies, ne serait constitué que d’eau ou de glace selon les températures extérieures. Et les frontières que des générations se succédant se seraient efforcées de maintenir, ou de franchir au prix exorbitant de leurs vies, auraient enfin disparu !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.