Scopitone

– SoKanno + yang02, Semi-senseless Drawing Modules, 2014
– Flavien Théry, Inverted relief (The Candor Chasma’s flying carpet), 2017
– Couch, Tracing Sites, 2017 – Samuel St-Aubin, Riz instantané, 2017.

Scopitone est un festival de rentrée dont la programmation est assurée par Cédric Huchet scrutant, en constance, notre monde digital pour y repérer les installations ou performances qui, ensemble, font sens. Du 20 au 24 septembre 2017, cette seizième édition propose un parcours allant de la vieille ville de Nantes à son Île résolument culturelle où une peinture abstraite est exécutée par un robot. C’est donc à quelques pas du Stéréolux et plus précisément au Mediacampus que les artistes japonais SoKanno et yang02 ont paramétré une machine afin que, seule, elle dessine une gigantesque fresque au fil du temps. D’une relative lenteur et s’inspirant des événements comme de l’évolution de l’état de son environnement immédiat, sans relâche, elle dessine car elle a été programmée pour ça, uniquement pour ça. Les artistes eux-mêmes, étant relégués au rang de spectateurs, ne savent que peu de choses de la réalisation murale de Semi-senseless Drawing Modules qui se profile.

Il y a trois expositions au château des Ducs de Bretagne, dont une monographie dédiée au travail de Flavien Théry. Le titre de l’œuvre Inverted relief (The Candor Chasma’s flying carpet), sous la forme d’un tapis, nous renvoie à la découverte par la sonde Mars Global Surveyor d’un canyon que seule l’eau aurait pu creuser en des temps anciens. Et il convient, pour vivre pleinement l’expérience, de s’équiper de lunettes anaglyphes afin d’en éprouver les reliefs qui, littéralement, s’élèvent. L’image originelle de ce monde flottant nous est innévitablement parvenue dans sa forme numlérique durant que sa texture de fils nous évoque le métier que Jacquard inventa en 1801. Celui-là même que l’on pouvait programmer en utilisant des cartes perforées, véritables ancêtres de tous des langages que comprennent nos machines contemporaines.

Continuons notre parcours en descendant la Tour du Fer à Cheval d’un étage pour découvrir la réactivation d’un paysage par les membres du collectif Couch basé à Yokohama. Intitulée Tracing Sites, l’installation vidéo est incurvée pour mieux nous immerger dans l’image qui, lentement, défile sous nos yeux. On devine des écrans, mais à l’étrange résolution qui résulte, selon la médiatrice, d’un procédé induisant la captation d’une projection. Le sujet, l’île de la Jatte, nous évoque Georges Seurat, le père du pointillisme, qui a immortalisé ses impressions lors d’Un dimanche après-midi sur l’île de la Grande Jatte (1884-1886). Notons à ce propos que c’est notamment à sa découverte de la Loi du contraste simultané des couleurs énoncée en 1839 par le chimiste Chevreul que le peintre impressionnisme inventa la technique du pointillisme. La relation de l’art aux sciences compte parmi les tendances qui se dégagent de cette édition du festival Scopitone.

Enfin, c’est avec cinq machines autonomes que le Québécois Samuel St-Aubin a investi le Passage Sainte-Croix. L’une d’entre elles semble provenir de l’industrie ou ses congénères, à longueur de journée, trient. Intitulée Riz instantané, elle réorganise des grains de riz que l’artiste a aléatoirement disposé sur un support. D’une délicatesse extrême et renseignée par un dispositif de reconnaissance de formes, elle les saisit les uns après les autres pour les aligner compulsivement sur un autre support. Tout ça pour ça ! Car le lendemain l’artiste reviendra pour réinjecter du désordre que la machine éradiquera toute une journée durant. Y aurait-il un autre espace que celui de l’art, où des machines résolument inutiles ne seraient appréciées que pour les questions qu’elles soulèvent ? Et pourrions-nous encore, face à une telle représentation des tâches répétitives qui nous aliènent, nous méfier encore des machines qui nous en libèrent ? Cela encouragerait à repenser intégralement l’organisation de nos sociétés au fur et à mesure de leur inexorable numérisation !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.